Ces choses surprenantes aux Etats-Unis

z

Edit :
Cet article avait été écrit une semaine après mon arrivée aux Etats-Unis pour la première fois. Après plusieurs mois passés au Texas cette année là et d’autres voyages depuis

mes écrits m’ont fait beaucoup rire. J’ai adoré relire ce qui m’étonné au début, puisqu’aujourd’hui ces éléments ne me surprennent plus. J’en suis encore pour certains bien exasperée 

Aujourd’hui, cela fait une semaine que je suis aux Etats-Unis. Je ne pensais pas qu’en une seule semaine ici j’allais déjà en apprendre tant sur le pays, la culture et la façon dont vivent les gens. Tout me surprend, plusieurs aspects du quotidien nécessitent désormais réflexion ou l’utilisation de mon smartphone.

J’ai donc décider de vous lister de toutes ces choses étonnantes, surprenantes, ou amusantes pour la petite française que je suis ! Certains aspects s’appliquent uniquement au Texas, mais d’autres se retrouvent sûrement dans d’autres Etats…20160105_134436

Ceci n’est pas une station essence. C’est une banque.

Les pommeaux de douches américains.
Il s’agit très souvent d’un pommeau fixe dans une baignoire très basse, baignoire que bien évidemment vous ne pouvez pas rincer facilement. Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas encore vu de cabine de douche depuis mon arrivée. Quoi qu’il en soit il m’est impossible de ne pas sortir avec les cheveux complètement mouillés et l’acrobatie est de mise pour atteindre certaines parties du corps.

Les toilettes dans les lieux publics, à l’université, au restaurant… 
Très perturbants ces petits boxes qui me rappellent l’école. Il est assez facile de voir à travers. Nous voyons aussi en permanence les mollets de notre voisine et ce n’est pas ce qu’il y a de plus sympathique niveau discrétion.

A LIRE | Cet article de Lost in the USA qui m’a fait beaucoup rire !

Nous nous saluons en nous serrant la main… ou avec des câlins.
Ce qui est parfois très étrange lorsque je rencontre une autre fille, surtout du même âge que moi. Par contre lorsque la personne vous connait un peu mieux elle vous prend dans ses bras. Je n’ai jamais reçu autant de câlins que depuis que je suis ici ce qui me met encore parfois très mal à l’aise. Il faut dire que lorsque c’est le père de vos potes qui se met à se rapprocher de vous cela devient tout de suite un peu embarrassant.

Nous n’avons pas besoin de notre code de carte bancaire pour l’utiliser.
Il suffit seulement de passer la bande magnétique dans le lecteur. N’importe qui trouvant donc ma carte pourrait donc aller se faire plaisir. Tâchons donc de ne pas la perdre cette fois.

– Les banques pour retirer du cash ont des airs de station service. Comme personne ne semble au Texas avoir l’habitude de se déplacer à pied il suffit de passer à la borne avec sa voiture, comme si nous prenions de l’essence. Pour les rares piétons il y a tout de même un distributeur sur le trottoir, mais nous sommes bien loin de nos offices avec un guichetier nous attendant bien sagement derrière son comptoir. L’argent se retire également en grande surface. Une fois vos achats scannés le caissier nous demande si nous désirons aussi faire un retrait de cash.

Les prix affichés sans les taxes… et sans le fameux “Tips”
Ou comment croire que l’on vient de faire une bonne affaire. Les prix américains sont affichés sans les taxes, pensez y au moment de faire votre shopping. Cela revient à imaginer les prix affichés chez nous sans la TVA. Tout de suite cela peut faire une différence majeure. Il en est de même au restaurant, où le service n’est pas inclue. Le pourboire ne revient pas à laisser quelques pièces

On ne compte pas les étages de la même façon.
Ainsi lorsque l’on vous dis de rejoindre votre chambre au deuxième c’est en fait au premier qu’il faut aller. Vous me remercierez, cela vous évitera probablement d’arriver en retard à vos éventuels rendez-vous…

“Credit or Debit ?”

“ID Please” 

Quelques spécificités texanes…

– Au supermarché quelqu’un en bout de caisse s’occupe de remplir vos sacs pour vous. Surprenant lorsque l’on a l’habitude de le faire soi même : la première fois que s’est arrivé j’ai vraiment cru que que le client précédent était en train de nous voler notre pièce de bœuf !
– Aller au supermarché, surtout Walmart, c’est devoir prévoir presque plusieurs heures. Les rayons sont si grands que cela me donne presque la nausée. Et à part en allant chez Whole Foods j’ai beaucoup de mal à trouver ici ce que je mange en France. Ce qui est délirant aussi ce sont les paquets de farine de la taille d’un paquet de ciment, ou les bouteille de lait en forme de brique de lessive. Ragoutant.
– Au Texas on peut s’acheter une arme dans les rayons de Walmart et cette dernière peut être visible à votre ceinture dans la rue. Ce qui est pour eux un droit légitime pour pouvoir se défendre se révèle particulièrement angoissant pour moi.
– On me demande systématiquement mon passeport dès que je demande une bière pour vérifier que j’ai bien au dessus de vingt et un ans. Boire de l’alcool, même un petit verre de vin entre ami apparaît comme quelque chose d’énorme et pris très au sérieux.
– Les banlieues pavillonnaires sont composées d’immenses rues, mais étrangement elles sont désertes. J’ai souvent eu l’impression que les quartiers étaient abandonnés : personnes sur les pelouses, pas de promeneurs de chien et les ‘volets’ presque fermés malgré le grand soleil que nous avions. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire j’ai eu le même sentiment dans Dallas. Tout le monde se déplace en voiture, il y a très peu de monde en ville et nous marchions presque seuls sur les avenues.
– Les volets ça n’existe pas. Voilà. Mais il y a quand même toujours quelque chose qui empêche le beau soleil d’entrer.
– On vous ajoute systématiquement une grosse pelle à glaçon dans votre verre en carton même si vous n’avez rien demandé. Alors qu’un ou deux suffiraient.
– Lorsque vous commandez dans une chaîne il y a souvent les calories indiquées par plat. C’est assez surprenant ici cette dualité entre l’alimentation complètement déséquilibrée, les produits industriels, l’amour du gras et à la passion pour tout ce qui est healthy, organic, veggie. Comme à chaque fois depuis que je suis à l’université nous avons le choix entre un plat à base de viandes comme des hamburgers, quelque chose de gras ou qui ne m’attire vraiment pas ou le plat sain. Résultat depuis trois jours je mange exclusivement vegan.

12539989_10208803689875338_1939801979_n (1)
Je vous présente ma douche.

A très très bientôt pour le récit de mes aventures.

7 Comments

  • Je ne sais pas si tu es d’accord, mais clairement les supermarchés sont le reflet d’une culture totalement différente ! Je trouve ça vraiment rigolo de “découvrir une culture” via ses supermarchés… Je n’y suis malheureusement pas allée quand j’ai voyagé aux USA mais je compte bien me rattraper dès que possible, le contraste doit être impressionnant !

  • Hihi ta liste m’amuse beaucoup aussi, et je retrouve quelques similitudes lorsque j’ai débarqué pour plusieurs mois à Londres (chaque calorie comptée sur de la nourriture industrielle dégoulinant de gras, les volets) et d’autre lors d’un voyage prolongé en terre américaine. Wallmart ça fait déjà peur, mais les armes encore plus! En tout cas je vois que tu profites bien de cette nouvelle aventure!

  • Hahaha ca me fait rire car il me fait pensé à l’article que j’ai écris aussi à ce sujet!! Je suis d’accord pour les glaçons, les heures de queues aux supermarchés immenses et les volets (mon dieu je rêve de dormir dans le noir complet). Par contre en Californie je n’ai pas vu de bornes banque comme toi au Texas! Je trouve ça dingue mdr

    Ines | http://www.destinationlosangeles.fr

  • Hello Lucie,
    Ça fait plaisir de te lire !! Je vois que tu prends tes marques, et découvre un tout autre mode de vie que le notre. Je suis impassiante de découvrir la suite. Ton article est très bien rédigé, j’ai juste envie de voir encore plus de photos; dans les supers marchés par exemple… Les choses du quotidien.
    J’espère aussi que tu vas vite nous parler de ton université. Je suis heureuse de voir qu’il y a le plat Vegan au resto scolaire. Tu ne pouvais pas rêver mieux ?
    Vivement le récit de tes aventures de la première semaine 🙂 si un moment tu as un créno il faut que l’on se fasse un Skype. Je ne sais plus cmb il y a d’heure de décalage ? De mon côté les choses poursuivent leurs cours… En pensant sérieusement à y mettre un terme. Je t’en dirais plus bientôt.
    Gros bisous and live alive.

Répondre à Madeleine à bicyclette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *